Historique

ARTENSO a été reconnu comme un Centre collégial de transfert de technologie en pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN) en juin 2018 par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Il a été incorporé sous forme d’OBNL en octobre 2018 et une première direction a été embauchée en février 2019 pour démarrer ses activités.

En 2013 est formé un groupe conseil formé d’enseignant.e.s des programmes d’art, de professionnel.le.s de la Direction des études, de la Direction des services aux étudiants, et du milieu culturel de l’arrondissement. Le groupe a pour mandat initial de soutenir la réflexion sur les formes de recherche-création et leur relation avec le champ émergent de la médiation culturelle. Grâce aux ententes de diffusion entre l’arrondissement de Saint-Laurent et le Cégep, des premiers laboratoires de recherche-création s’organisent autour de résidences d’artiste à la salle Émile-Legault.

En parallèle, certains membres du groupe développent une expertise en médiation culturelle, en intégrant et en collaborant davantage avec différents publics dans leurs projets de recherche. Entre 2013 et 2015, quatre projets de médiation culturelle en danse, théâtre et musique voient le jour en partenariat avec des groupes sociaux et communautaires, ainsi qu’avec des établissements scolaires de l’arrondissement de Saint-Laurent. Des ateliers de médiation culturelle, animés par des étudiant.e.s du Cégep, se réalisent dans des écoles primaires du quartier et au CPE La Bricole situés sur le campus du Cégep.

Enfin, dans le but de développer davantage son expertise dans le champ de la médiation culturelle, l’attestation d’Études collégiales (AEC) – Spécialisation en médiation culturelle voit le jour au printemps 2016 suivant à une mobilisation d’organismes québécois du milieu de la danse qui souhaitaient examiner de nouvelles pratiques novatrices en matière de développement des publics.

Ces différentes initiatives de médiation culturelle préparent la venue du centre ARTENSO, pensé notamment pour documenter davantage dans une perspective de recherche les retombées de ces projets auprès des groupes participants.